Le Mont-Blanc, sentinelle du changement

Massif emblématique, offrant la plus grande diversité climatique en Europe, le Mont-Blanc est le territoire idéal pour mesurer l’évolution de la biodiversité face au changement climatique. C’est l’ambition du projet CLIMB+ (CLimate change Impact on Mountain Biodiversity), contribuer à faire du Mont-Blanc un lieu de référence dans le suivi de l’évolution de notre Planète. CLIMB+ est financé avec le concours de l’Union européenne. L’Europe s’engage sur le Massif Alpin avec le Fonds Européen de Développement Régional

 

 

 

20190406_103657.jpg

Suivi de l’évolution du lièvre variable, espèce typiquement alpine, par analyse génétique © CREA Mont-Blanc

 

  AccÈs rapide

 

Contact

Anne Delestrade
Directrice des Recherches
+33 (0)4 50 53 45 16
contact mail

 

Découvrez la science
au Mont-Blanc

Atlas du
Mont-Blanc

Caractériser le changement

 

Le changement climatique n’est pas uniforme et ses conséquences varient d’une espèce à l’autre, d’un milieu à l’autre, même sur un espace aussi « réduit » qu’un massif comme le Mont-Blanc. On connait encore mal ces évolutions complexes, pourtant déterminantes pour l’avenir de nos paysages, eux-mêmes souvent à la source de nombre d’activités socio-économiques. La recherche scientifique peut éclairer et nuancer ces changements.

 

Suivre des espèces et milieux caractéristiques

 

Entre mai 2018 et décembre 2020, l’ambition du projet CLIMB+ est de mettre en place les suivis de long-terme d’un nombre suffisant d’espèces et milieux représentatifs des changements en cours. Ces espèces et milieux indicateurs, croisés avec la projection des paramètres climatiques les plus marquants en montagne, donneront la « température » globale de l’évolution du massif.

Les espèces retenues sont un mélange a priori de gagnants et perdants du changement climatique. Les milieux suivis sont, eux, les zones où la dynamique de transformation est la plus forte et rapide.

 

 

 

Partager à l’échelle des Alpes

 

 

Le projet CLIMB+ est à l’interface science et société. Les conclusions des suivis sont partagées avec les décideurs locaux, qui soutiennent le projet en tant qu’outil de prospective. L’objectif est également que les suivis testés au Mont-Blanc soient réplicables dans d’autres massifs ou a contrario, s’inspirant de ce qui se fait dans d’autres massifs. Le CREA Mont-Blanc collabore ainsi sur chaque protocole de suivi avec d’autres territoires alpins, à travers la Zone Atelier Alpes du CNRS ou directement avec certains parcs nationaux